dimanche 21 janvier 2018

Document : Situation financière du Sénat, suite au passage de l’ouragan #Youri_Latortue.-

Document : Situation financière du Sénat, suite au passage de l’ouragan #Youri_Latortue.- #Haiti #LeReCit

Pour faire échec aux manoeuvres de manipulation de la bande à Youri Latortue qui se cache derrière le faux argument “nous n’avons dépensé que 27% du Budget” pour défendre sa gabegie administrative au Sénat de la République nous publions le Rapport financier qui circule dans la capitale haïtienne.

En effet, ce faux argument est de la poudre aux yeux des imbéciles. Car, on aurait pu l’utiliser s’il s’agissait de 27% de chaque rubrique. Or, ce n’est pas le cas. Il existe des rubriques dont le pourcentage de décaissement est de 100%, d’autres à plus de 60%, en seulement trois (3) mois.

En réalité, à @ReseauCitadelle, nous pensons que Youri Latortue a suivi l’exemple de Jocelerme Privert à savoir : “utiliser le budget du Sénat pour financer la subversion en vue de renverser le Président de la République, de créer une transition, donc une présidence provisoire du Président du Sénat.”

Comme les manifestations contre les élections et le président Michel Martelly, toute cette campagne médiatique mensongère autour de #PetroCaribe était financée par le Budget du Sénat. Des médias et certains correspondants de presse ont été payés pour déstabiliser le Président Jovenel Moise, PHTK et TET-KALE avec le dossier #PetroCaribe.

C’est la raison pour laquelle, nous ne prenons pas au sérieux les accusations contre Garry Pierre Paul Charles #GPPC. Car, il fallait aussi dénoncer les journalistes corrompus nationaux et internationaux qui ont reçu des pots de vin du Sénat pour induire l’opinion publique nationale et internationale en erreur. Même quand nous évitons de défendre GPPC au fond du dossier que nous ne maitrisons pas, nous pensons que c’est trop facile de le livrer comme bouc émissaire.

Ce n’est pas un hasard si les rubriques budgétaires liées à la communication, à la propagande, aux réunions et réceptions sont totalement épuisées.

Le président de la République doit se pencher sur cette réalité créée par la publication de la constitution amendée qui fait du parlement le successeur du Chef de l’Etat en cas de vacance présidentielle.

Faut-il rappeler pour l’histoire que Cyrus Sibert et Stanley Lucas ont mené une campagne ouverte contre cette décision. Nous avions dit au Président Martelly de ne pas tomber dans ce piège tendu par l’amendement falsifié de la Constitution. Mais, comme toujours, on ne nous a pas écouté. Il a suivi les recommandations de ses conseillers spéciaux, donc de Youri Latortue.

Pouvwa politik an Ayiti se jwèt : pagen espyonaj , pagen kont-enspyonaj, nenpòt ti eleman òdinè kapab manipile’l epi fè tèt yo pase pou gwo politisyen entelijan.


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
21 janvier 2018
#LeReCit : @ReseauCitadelle
WhatsApp : 509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr

samedi 20 janvier 2018

Plusieurs cas de gaspillage et de gabegie administrative relevés dans la gestion de l’ancien bureau du Sénat dirigé par Youri Latortue.-

Plusieurs cas de gaspillage et de gabegie administrative relevés dans la gestion de l’ancien bureau du Sénat dirigé par Youri Latortue.- #LeReCit #Haiti #PaDweGenKaseFèyKouvriSa !

Plusieurs rubriques du nouveau budget du Sénat de la République sont déjà au rouge d’après ce qu’a constaté le nouveau bureau du Grand Corps. En effet, alors que le nouvel exercice fiscal vient de démarrer il y a à peine 3 mois, plusieurs lignes budgétaires du Senat de la République sont déjà presque totalement épuisées. Les plus grandes victimes de ce gaspillage sont les lignes suivantes: “déplacement et frais de séjour a l’intérieur”, “fourniture de produits d’entretien”, “mobiliers et matériels de bureau”, “allocations et assistance sociale”. Cette situation financière désastreuse met à mal le fonctionnement du nouveau bureau qui aura des difficultés à joindre les deux bouts pendant les prochains 9 mois de l’exercice fiscal.

1) On est en droit de questionner et de demander des comptes à l’ancien bureau qui, en 3 mois, a déjà dépensé, $1.2 millions USD sous la rubrique d’allocations diverses et d’assistance sociale. 
2) D’octobre a décembre 2017, 30.33 millions de gourdes (près de $500,000 USD) ont été décaissées pour des déplacements et frais de séjour à l’interne, ne laissant que 130 mille gourdes dans la caisse du Sénat pour financer ces activités pendant les 9 prochains mois.
3) L’ancien bureau du Sénat a déjà décaissé en 3 mois, $310 mille USD pour l’achat de produits d’entretien.
4) Plus de 35 millions de gourdes ($565 mille USD), ont déjà été dépensées d’octobre à décembre, pour l’achat de fournitures et matériels de bureau ; Ce qui laisse à peu près 6 millions de gourdes en caisse pour les dépenses du nouveau bureau, pour la période allant de janvier à septembre 2018.
5) L’achat de nourriture a déjà couté le Senat $192 mille USD pendant les premiers 3 mois de l’année fiscale.

Face à un tel constat, une enquête sérieuse devrait être diligentée par les autorités compétentes pour faire la lumière sur ces dépenses excessives et l’utilisation douteuse de ces fonds publics. 





Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
20 janvier 2018
#LeReCit : @ReseauCitadelle
WhatsApp : 509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr

jeudi 18 janvier 2018

#Haiti : Le président Jovenel Moise doit d’abord remanier la ligne politique de son administration.-

#Haiti : Le président Jovenel Moise doit d’abord remanier la ligne politique de son administration.- #LeReCit

Au moment que l’on s’apprête à re-partager le gâteau gouvernemental, s’il n’y a aucun doute sur la volonté du Président Jovenel Moise de réaliser des ouvrages importants comme routes, ponts et barrages électriques, il y a quelques points d’incohérence qui posent problèmes :

1- Pourquoi les institutions comme l’ONA, l’OAVCT, AAN, APN, Loterie de l’État Haitien, continuent de jouer le rôle de caisses noires au service des hommes politiques corrompus. Les revenus de ces institutions ne sont pas budgétisés et échappent au contrôle de l’Etat central. 

Gaspillage, surfacturation, gabegie administrative, il est temps de discipliner ces institutions ou même les privatiser au besoin. Car, on ne pourra pas prendre au sérieux un gouvernement qui se dit vouloir relancer l’économie dans un pays où il n’existe pas d’assurance véhicule ni d’assurance vieillesse. L’ONA et l’OAVCT ne servent à rien; seulement enrichir des politiciens corrompus.

2- Le président se concentre sur des infrastructures. C’est bien! Mais, on a déjà vu des hommes au pouvoir perdre les élections, parce qu'ils n'avaient pas géré l’économie au niveau MICRO, c'est à dire : le pouvoir d’achat des ménages, création d’emplois, prix abordables, éducation, santé, sécurité…en un mot, le quotidien des citoyens.

Jean-Claude Duvalier construisait beaucoup d’infrastructures, des ports comme celui de Cap-Haitien, des entreprises publiques, quand il a été renversé par un soulèvement populaire.

Le Président Sénégalais Abdullah Wade a perdu les élections avec un bilan important en constructions, mais les électeurs ne se sont pas sentis impliqués dans ces réalisations.

Les manoeuvres du parti INITE, avec les équipements du CNE (Centre National d’Équipement) et les entreprises privées de construction alliées, n’ont pas convaincu les électeurs en 2010.

3- Nous avons suivi le discours du Président de la République devant l’Assemblée Nationale, le 8 janvier dernier, et nous avons constaté une hésitation à chaque fois qu’il mentionnait l’Electricité. Ce qui donne l’impression que le Chef de l’État est pressuré sur ce dossier. Le “Body langage” est clair. De plus, à deux reprises, il a évité de développer dans son discours, le problème de l’Electricité; alors que sur d’autres points, il était plus à l’aise et n’a pas manqué de fournir des détails.

Le Sénateur Youri Latortue qui avait promis au micro de Madame Marie-Lucie Bonhomme de saisir ce dossier à partir du mois de septembre 2017, n’a rien fait. C’est le silence total. Il continue de distraire ce qu’il peut encore tromper avec sa fameuse enquête bâclée sur #Petrocaribe.

Le peuple haitien a le droit de connaitre la vérité : Y a t-il des pressions? Quelle est la situation de ce dossier lancé en grande pompe par la présidence? Il faut la plus grande transparence dans le traitement de ce dossier qui ne peut plus être un secret d’État. 

2018 est une année électorale. A moins, qu’il y ait une menace extérieure capable de créer la peur ou une panique généralisée, lors des scrutins, tout ce joue dans l’isoloir. Et dans cet espace micro, le citoyen fait son choix en fonction de sa situation économique…MICRO. 

Le président Jovenel Moise doit continuer à résister face la tentation de la démagogie. Il est impossible de combattre la corruption en abandonnant les entreprises autonomes aux politiciens corrompus. Avec le même courage qu’il a fait montre pour imposer le budget au peuple, il doit discipliner ces institutions autonomes en les intégrants dans la colonne des revenus de l’Etat. 
Il faut aussi limiter l’influence corruptible des parlementaires sur l’administration publique. Car, en 2 ans seulement :
1- Le Sénateur Nènel Cassy à travers son complice Patrick Noramé a pillé la BMPAD;
2- Le Sénateur Evalière Beauplan a déstabilisé à son profit l’AAN;
3- Le Sénateur Youri Latortue et son parti ont déstabilisé à leur profit l’Education Nationale;
4- Youri Latortue et AAA ont entrainé l’#ONA à la quasi-faillite (1).
Et après, ils ont eu le culot de se constituer en apôtres de la lutte contre la corruption, prenant les citoyens pour des imbéciles, avec la complicité des journalistes corrompus et sans conviction.

De plus, certains choix doivent-être reconsidérés.

Il est temps de mettre un terme à la barbarie administrative au niveau des institutions autonomes suscitées. Aussi, faut-il accompagner la vision MACRO du gouvernement d’un plan MICRO touchant directement les citoyens dans leurs préoccupations de chaque jour, leur vie quotidienne.

Un dirigeant satisfait d’avoir réalisé de grands ouvrages ne signifie pas que la situation du peuple a évolué positivement.


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
18 janvier 2018
#LeReCit : @ReseauCitadelle
WhatsApp : 509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr

1- Pillage et gaspillage à l’ONA, dénonce un syndicat
http://lenouvelliste.com/article/181794/pillage-et-gaspillage-a-lona-denonce-un-syndicat

mardi 16 janvier 2018

Youri Latortue bay maniti jan li vle epi pran tout moun pou egare.-

Youri Latortue bay maniti jan li vle epi pran tout moun pou egare.- #LeReCit #Haiti

1- Misye di Guerrier Henry ke li te aksepte sipèvize pwojè #PetroCaribe Gonaives yo paske li te wè sa ki te pase nan Nòdwes ak nan Grandans kote anyen pa fèt.

Verite a:

Pat gen pwojè Nòdwès ni Grandans avan pwojè Gonaives yo. Se Gonaives ki te premye chantye lanse nan lane 2012, avan Nòdwès ni Grandans.

2- Youri Latortue di li pat kowòdonatè pwojè rekonstriksyon Gonaive. Li kouri shoute sou moun Laurent Lamothe, tout konprann ak ki moun l’ap pale.

Verite a:

Henry Guerrier fè misye sonje se nan jounal nouvelliste sa te ekri depi nan lane 2012. Li pa’t janm denonse sa. Epi tou Guerrier fè misye sonje deklarasyon li nan Gouvènman Lakay vil Gonaives kote li tap bay rapò egzekisyon pwojè yo.

3- Youri Latortue aksepte ke se li ki te gen reskonsabilite sipèvize tout pwojè Gonaives yo, li di Prezidan Martelly te bay pouvwa pou veye ke tout bagay fèt.

Verite a:

Eske travay sa yo ke Youri Latortue eksplike yo pa djòb kòwodonatè? Youri Latortue pran tout moun pou enbesil. Si Jacky Lumarque te bezwen dechaj paske li te nan yon komisyon refleksyon sou edikasyon, eske Youri Latortue ki te kòwodonatè komite rekonstriksyon sa pa merite dechaj tou?

a) Youri rekonèt ke li te konseye espesyal Prezidan Martelly; b) li rekonèt ke li te resevwa misyon sipèvize pwojè nan Gonaives; men li di li pat kowòdonatè paske li pat gen yon lèt ki di li se kòwodonatè.

Depi kilè konseye espesyal bezwen yon lèt espesyal pou’l kowòdone travay prezidan an? Youri Latortue panse se tout jounalis ki pa konnen ke w paka gen 2 djòb nan leta. W konseye espesyal, prezidan an gen dwa delege’w al sipèvize oubyen kowòdone nenpòt pwojè. W pa bezwen lèt pou sa. Depi w rekonèt ke prezidan an te voye’w fè travay la, w rekonèt ke w te fè travay la, w te responsab pwojè nan Gonaives. Tout jounalis pa enbesil.

De tout fason, sa parèt sispèk ke nan rapò Youri ak Beauplan sou PetroCaribe, yo pa di anyen de pwojè Gonaives yo.

Jan Youri renmen fè djolè! W panse si tout pwojè sa yo te fèt kòm sa dwa, li patap mete yo nan rapò a kòm gwo egzanp pou kondane lòt moun lap pèsekite yo? De tout fason Youri Latortue di Lamothe di li ke li pagen kontwòl moun li di ki ap ekri yo. Li kòmanse konprann ke lajan paka achte ni rete tout moun. Anpil lòt moun gen pou konprann sa!

Pase yon moun ap swiv li tankou lonbraj li !

@ReseauCitadelle /// WhatsApp : 509-3686-9669

Mr. President, Without Haiti We May Not Have Yellowstone, Glacier or Rocky Mountains!

Mr. President, Without Haiti We May Not Have Yellowstone, Glacier or Rocky Mountains! #LeReCit https://t.co/ZbDvazlEt7 via @HuffPostBlog   Audrey Peterman, Contributor
Jamaican immigrant, naturalized American, lover of our national parks and public lands

One can hardly overstate the positive influence that Haiti and her people have had upon the United States. The fierceness of their revolution led by Toussaint L’Ouverture in 1791 forced General Napoleon Bonaparte to cut a deal and run from the Americas, in the process selling off 828,000 square miles of land from the Mississippi to the Rocky Mountains to Thomas Jefferson for a mere $15 million.

The Louisiana Purchase transaction effectively doubled the size of the United States, bringing us the land that would subsequently become Arkansas, Oklahoma, Missouri, Kansas, Nebraska and Iowa; most of Colorado, South Dakota, Montana and Wyoming, and parts of North Dakota, Minnesota, Texas and Louisiana.

As a fan of the national parks my first response to President Trump’s recent derogatory statement about Haiti was,

“What?! America without Yellowstone? Glacier? Rocky Mountain National Park?”

Those American icons in Wyoming, Montana and Colorado respectively and a myriad other units of the National Park System became American as a result of the Louisiana Purchase.

In the context of today’s whole scale attempts to manipulate reality, to set Americans against each other and disparage entire countries, it is vitally important for us to know our history, We need to be able to swiftly draw upon our mental store of facts that rebuff the ignorant ideas being promoted. Because these ideas can inflame the mentally disturbed into violence and cause fear in the hearts of our vulnerable children, we must be able to disinfect these noxious ideas with the light of knowledge and experience.

I’m proud to be a naturalized American from Jamaica. I learned about the Louisiana Purchase some years ago when doing my research to speak at the 20th anniversary of the environmental non-profit, Operation Green Leaves – Haiti, founded by our friend Nadine Patrice, an Americanized native of Haiti who was striving to re-forest her country. Many of the attendees were surprised to learn that the Louisiana Purchase did not mean the purchase of the State of Louisiana.

Over the weekend I posted a note on Facebook about the relationship of Haiti and the Louisiana Purchase and what it means to our country. To my surprise, more than 1,000 people responded. Many of them said they were shocked that they didn’t know this connection before, or did not remember it.

As we celebrate the birth of the Rev. Dr. Martin Luther King, Jr. today and revisit his historic writings on the subject of human rights and liberty, I am convinced that the opportunity and urgency of this moment is that we learn our history and how inter-connected we all are. I’m inspired that:

“During the less than 13 years of Dr. Martin Luther King, Jr.’s leadership of the modern American Civil Rights Movement, from December, 1955 until April 4, 1968, African Americans achieved more genuine progress toward racial equality in America than the previous 350 years had produced. Dr. King is widely regarded as America’s pre-eminent advocate of nonviolence and one of the greatest nonviolent leaders in world history.” Progress for African Americans means progress for our entire country in living the values we espouse.

I offer the resources of the National Park System as the places where we can revisit those values and see them in action, to inspire greater commitment on our part. For starters, Dr. King’s birthplace in the Martin Luther King Jr. National Historical Park in Atlanta includes such personal items as his childhood bed and his toys and the Historic Ebenezer Baptist Church where Dr. King followed his father in ministry.

Established as a National Historical SITE in 1980, the 68-acre site was upgraded last week to a Historical PARK, defined by the Park Service as being an area “of greater physical extent and complexity” than a historic site.

The parklands we gained through the Louisiana Purchase are as beautiful and diverse as humanity. The boiling geysers, prismatic pools and mud pots of Yellowstone are as different from the glacier-carved peaks and valleys of Glacier as they are different from the subalpine and alpine regions of Rocky Mountains National Park. These different parks share the attribute of being part of one natural world, just as we may look different from each other but share the distinction of being part of one human family.

I hope you’ll agree that we must do our part today to combat the tide of disinformation and division in our country. Each one of us should become an activist, strengthening the hands of our elected officials who want to do the right thing, while calling out those who are doing wrong. We must be organizing now to win the midterm elections.

We owe it to Toussaint L’Ouverture and the Haitian revolutionaries, to Dr. King and all those before us who have given everything in pursuit of that great ideal - the liberty, equality and brotherhood of humanity.

lundi 15 janvier 2018

Haiti : “Nationalistes Occasionnels” —

“Nationalistes Occasionnels” — 
[Texte de Willy Joseph, étudiant, UEH] — Publication demandée, #LeReCit .

Après maintes observations,il me semble être en droit de relater deux façons fondamentales qui poussent l'être haïtien à manifester leur solidarité l'un envers l'autre.

1) Nous nous organisons assez souvent pour mener le pays dans le chaos,le désordre institutionalisé et généralisé.

2) À chaque fois qu'il y a catastrophe naturelle,tout le monde veut partager,venir en aide,veut défendre Haïti du bec et des ongles.Immédiatement, ils relatent tous les faits et soulèvent tous les problèmes auxquels le pays fait face. Sans vraiment apporter des éléments de solution collective. Cependant, certains individus en tirent d'énormes avantages individuels.( capitalistes du désastre).

Et peu de temps après, l'on s'enfout pas mal!

Alors,j'ose appeler cela " Nationalistes Occasionnels". Puisqu'ils feignent défendre le pays et les plus faibles.Et, la solidarité à laquelle dont nous fait souvent montre est cellle dite " Solidarité mécanique" de même que nous avons beaucoup d' intellectuels mécaniques et/ou livresques.

Ce monsieur, président Étatsunisien ,souffre de la négrophobie,pathologie qui lui a poussé à tenir des propos xénophobes à l'égard de la race humaine.

Néanmoins,Cette déclaration qu'il a faite est une attaque virile à la dignité de l'homme noir dans sa globalité et à celle haïtienne en particulier .

Ce monsieur, je ne sais qui est très malhonnête puisqu'il parle sans prendre en compte l'aspect historique qui a conduit Haïti Thomas,mon seul pays que j'aime tant et que je serai toujours scellé de son sceau partout où je déposerai mes valises dans ce marasme. Puisque,je n'ai pas de pays de rechange.

En fait,il ne comprend rien ne comprendra jamais rien tant qu'il ne fait pas l'historisation des différentes séquences qui ont appauvri Haïti,qui ont conduit à l'instabilité économique,politique, socio-culturelle voire éducative de notre République. La complicité de nos élites intellectuelle et économique n'est pas à épargner. Disons mieux que l'élite dominante et celle dirigeante ont bien joué leurs rôles en alimentant le développement du sous-développement en Haïti.

Mesdames,messieurs,les dirigeants,j'ai quelques petites questions très simples à vous poser.

Je vous en prie,soyez francs et franches dans vos réponses.

- Où sont nés vos enfants?
- Où vivent-ils et étudient?
- Où habitent vos femmes ou vos maris?
- Où est-ce que vous placez vos fortes sommes d'argent?
- Où se situe votre maison de luxe préférée?
- Où recevez-vous les soins médicaux en cas d'ennuis sanitaires ou autres?

Je pourrais continuer à vous poser d'autres questions mais je préfère m'arrêter sur ces dernières.

Sans attendre ou prétendre connaitre vos réponses,je vous dis que nous avons l'impérieuse obligation de construire une autre image de nous-mêmes et nous battre pour la construction d'un autre pays digne de son histoire de quoi rendre les générations postérieures fières de nous comme nous sommes fiers de Dessalines,Christophe, Makaya,Boukman, Mackandal,Cathérine Flon,Félicité, D.Estimé etc. Un pays où l'égalité et la légalité soient la norme à respecter,à appliquer pour tous et envers tous.

Le temps de l'engagement citoyen doit frapper à la porte de la conscience de chaque haïtienne et haïtien.

Je vous le redis,il faut que le pays se refasse d'une santé politico-économique,culturellle, éducative et autres.

Nous voulons qu'Haïti prenne une forme d'association dans laquelle le développement d'un individu soit la condition du développemnt de tous.

Il faut que nous fassions de tout notre possible,nous sacrifier pour laisser quelque chose de positif à la postérité.

Il faut faire quelque chose en temps réel pour que les jeunes arrêtent de quitter le pays pour aller à la recherche d'un mieux-être hypothétique,dans la plus grande incertitude.

Il faut nous battre pour que la redistribution de la richesse soit enfin effective dans le pays, pour la création de la richesse.

Il revient d'attaquer le système social inégalitaire, bâtir un système éducatif qui va former des citoyens haïtiens pour défendre la cause d'Haïti.

En fin de compte,que l'État prenne ses responsabilités pour que le travail,la nourriture,le logement,la bonne éducation,la santé, la sécurité cesse d'être l'apanage d'un groupuscule.La richesse doit cesser d'être une vertu et la pauvreté une malédiction pour bâtir un pays où il fait bon de vivre pour chaque haïtien indistinctement.


*Willy Joseph, étudiant finissant en anthropo-sociologie à la Faculté d’Ethnologie,
Diplômé à la Faculté de Linguistique Aplliquée*
Willyj.2082@gmail.com

dimanche 14 janvier 2018

‘Shame on Trump!' World reacts to Trump’s ‘shithole countries’ remarks.-


‘Shame on Trump!' World reacts to Trump’s ‘shithole countries’ remarks.- @CNNPolitics #LeReCit https://t.co/61UCoOEY3u

By James Griffiths and Laura Smith-Spark, CNN
January 12, 2018

(CNN)President Donald Trump's complaints about immigrants coming to the United States from "shithole countries" have prompted condemnation from around the world.

US Democratic and Republican lawmakers criticized those comments as "divisive" and "unacceptable," while Haiti summoned the top American diplomat there to discuss Trump's remarks.

Trump's reported comments, made at closed-door White House talks on an immigration deal, were a reaction to a plan to cut the number of people entering the United States through its visa lottery program. According to CNN sources, lawmakers proposed reducing the number by half, with the rest going to underrepresented countries in Africa and nations with temporary protected status, or TPS.

UN human rights spokesman Rupert Colville condemned Trump’s remarks as "shocking and shameful" and going against the world's "universal values."

"I'm sorry, but there's no other word one can use but racist," Colville said, responding to reporters at a news conference in Geneva, Switzerland. "You cannot dismiss entire countries and continents as 'shitholes' whose entire populations, who are not white, are therefore not welcome."

Trump on Friday denied describing certain nations in such vulgar terms, tweeting: "The language used by me at the DACA meeting was tough, but this was not the language used."

The furor comes as Haiti prepares to commemorate eight years since a 7.0 magnitude earthquake killed hundreds of thousands and displaced many more.

As a result of that disaster, Haitians were accorded TPS in the United States, granted to individuals from countries where conditions such as war, natural disasters or political strife prevent them from returning safely.

Haiti's government said in a statement Friday that it is "deeply shocked" and strongly condemns these "abhorrent and obnoxious remarks" by Trump, which "if proven would be entirely unacceptable because they reflect a totally erroneous and racist view of the Haitian community."

The statement also stressed that Haiti has a long history of friendship with the United States.

"The Haitian government calls for the respect and dignity of all people" and the preservation of its relationship with the United States, which values solidarity, altruism and the "respect of differences" for people all over the world.

Former Haitian Prime Minister Laurent Lamothe said, "SHAME ON TRUMP! "The world is witnessing a new low today" and called Trump's remarks "totally unacceptable!"

"It shows a lack of respect and ignorance never seen before in the recent history of the US by any President," Lamothe tweeted.

With the US ambassadorship in Haiti vacant, Robin Diallo, the charge d'affaires at the embassy, was to meet Friday with Haitian President Jovenel Moïse, a senior State Department official told CNN.

Haiti's US envoy, Paul Altidor, condemned what he called Trump's "misguided" remarks in an interview with NPR, saying he was "surprised and disappointed" and hoped there might be an apology for his country.

The Trump administration announced late last year it would end the TPS designation for Haiti, a move that could affect tens of thousands of Haitian immigrants. The Department of Homeland Security on Monday announced it would also end protections for more than 200,000 Salvadorans.

Salvadoran Foreign Minister Hugo Martinez responded by tweeting about his countrymen's contributions to the United States, saying "a good part of those who helped rebuild New Orleans after Katrina were Salvadoran. I feel proud to be Salvadoran."

Meanwhile, American diplomats and the US Embassy in San Salvador sought to assure Salvadorans of their respect for the country.

Jean Manes, US ambassador to El Salvador, tweeted in Spanish: "I have had the privilege to travel around this beautiful country and meet thousands of Salvadorans. It is an honor to live and work here. We remain 100% committed."

The official account for the US Embassy in San Salvador also tweeted in Spanish: "The United States is proud to be a partner of El Salvador and we remain firm in our friendship that dates back various decades."

Nepal, which became a TPS nation after a major earthquake in 2015, said authorities were discussing their response.

Nepalese Foreign Minister Bharat Raj Paudyal told CNN that "we are aware of President Trump's comments, and our ministry is discussing the matter."
A senior official from Somalia, also on the US list of TPS nations, told CNN that Trump's comments were unworthy of a response.

"It sounds like fake news to me," Somali Information Minister Abdirahman Omar Osman said by phone from Mogadishu. "If it's real, it doesn't need a response. Those comments do not deserve a response."

On Twitter, former Mexican President Vicente Fox, a longtime Trump critic, said the US leader's mouth "is the foulest shithole in the world."

"With what authority do you proclaim who's welcome in America and who's not. America's greatness is built on diversity, or have you forgotten your immigrant background, Donald?" he asked.

Former UK Foreign Secretary David Miliband, who's now president and CEO of the International Rescue Committee, said the Trump administration is "leading a race to the bottom on refugees and immigrants that is a betrayal of America's future as well as of its history."

There was also fierce reaction from people on the African continent to Trump's remarks.

The government of Botswana said it had summoned the US ambassador to the southern African nation to "express its displeasure" over Trump's reported comments, which it views as "highly irresponsibly, reprehensible and racist."

The government said it had also asked the United States to "clarify if Botswana is regarded as a 'shithole' country."

"I am shocked by the words of President Trump on Haiti and Africa," Senegalese President Macky Sall said in an official tweet.

"I reject them and condemn vigorously. Africa and the black race deserve the respect and consideration of all."

African Union spokeswoman Ebba Kalondo said Trump's reported comments were alarming and surprising, particularly "given that so many Africans arrived in the US as slaves."

"It is, frankly, upsetting," she said. "Our relationship with the United States goes beyond the statement of one man, however, though he is the highest office bearer of that land."

In Kenya, Saum Ramadhan, a 23-year-old engineering student at the University of Nairobi, told CNN she found Trump's comments "very offensive, because I think most countries in Africa are pretty stable and we are doing good."

She added: "There might be some struggles, but I think we are doing good. I don't think it's fair to classify all Africa as shitty. That is absolutely wrong."
Duncan Owor, a medical student from Central Kenya, said it was "not the right thing for him to do," given his status.

"He is the President of the United States of America. We expect more of him. We expect him to be an example. We are growing democracies. We don't expect such remarks," Owor said.

Kenyan activist and politician Boniface Mwangi said that "how America elected a narcissist, racist, white supremacist to be their president defies logic."

"Africa sends love and light to America," he added.

Cartoonist Victor Ndula tweeted an image of a "shithole" map of Africa he produced for Kenya's The Star newspaper.

Kenyan activist Boniface Mwangi remarked on Twitter, "Africa isn't a shithole. It's the most beautiful continent in the world. Beautiful, hardworking people. We have diamonds, gold, iron, cobalt, uranium, copper, bauxite, silver, petroleum, cocoa, coffee, tea etc. Sadly we have #shithole leaders like Trump shitting on us everyday."

South Africa's best-known morning-news anchor, Leanne Manas, tweeted, "Good morning from the greatest most beautiful 'shithole country' in the world!!!"


CORRECTION: This story has been corrected to reflect that Lauren Lamothe is the former Prime Minister of Haiti.

CNN's David McKenzie, Farai Sevenzo, Patrick Oppmann, Elise Labott, Sugam Pokharel, Spencer Feingold, Livvy Doherty, Jennifer Hauser and Joe Sterling contributed to this report.

Les réactions continuent après les propos injurieux de Trump.-

Les réactions continuent après les propos injurieux de Trump.- #LeReCit https://t.co/4auKSEnLV9

National -
L’effet boule de neige en réactions aux propos injurieux de Donald Trump, proférés jeudi dans le bureau ovale par le chef d’état américain en présence de sénateurs des deux partis politiques, démocrate et républicain, n’est pas prêt de s’arrêter. Au contraire, les déclarations condamnant pareils propos ainsi que les manifestions de soutien aux pays vilipendés continuent d’affluer. La CARICOM, la République de Cuba et le Collectif 4 décembre ont unanimement condamné les propos racistes du président américain.

La Communauté des Caraïbes, la CARICOM se dit « profondément troublée par les informations faisant état de l'utilisation de propos désobligeants et répugnants par le Président des États-Unis à l'égard de notre État Membre, Haïti ainsi que d'autres pays en développement ». « La CARICOM condamne dans les termes les plus forts les opinions non éclairées qui auraient été exprimées », a écrit dans un communiqué l’organisation régionale regroupant 15 états membres et à laquelle Haïti appartient depuis 2002.

La CARICOM trouve dans ce modèle de dénigrement d'Haïti et de ses citoyens un autre motif de préoccupation qui, selon l’organisation, semble être une tentative concertée de perpétuer un récit négatif du pays. « Nous sommes particulièrement attristés qu'un tel récit ait émergé au moment de l'anniversaire du tremblement de terre dévastateur de 2010 qui a pris tant de vies des citoyens dans ce pays », déplore la CARICOM qu’Haïti présidera à partir du mois prochain.

Ainsi, la Communauté des Caraïbes exprime son plein appui à la déclaration digne du gouvernement de la République d'Haïti en réaction à cette référence hautement offensive. Il convient de rappeler qu'Haïti est la deuxième démocratie dans l'hémisphère occidental après les États-Unis et que les Haïtiens continuent de contribuer de manière significative dans de nombreux domaines à la communauté mondiale et en particulier aux États-Unis d'Amérique.

« La CARICOM considère donc cette insulte aux pays désignés et de leurs citoyens comme totalement inacceptable », conclue le communiqué rendu public le samedi 13 janvier 2018.

Pour sa part, le Ministère des affaires étrangères de la République de Cuba a émis un communiqué dans lequel il « condamne fermement les déclarations racistes, dénigrantes et grossières du Président des États-Unis d'Amérique, sur Haïti, El Salvador, des États africains et d'autres continents, au cours d'une négociation sur le programme migratoire connu sous le nom DACA, qui a eu lieu à la Maison Blanche […] ».

« Ces déclarations pleines de haine et de mépris, provoquent l'indignation du peuple cubain, fier de la contribution qu'a faite tout au long de son histoire les ressortissants et leurs descendants de différentes latitudes, en particulier les Africains et les Haïtiens, à partir du moment où notre nationalité a été forgée », poursuit la note.

Cuba se joint au fort rejet que ces déclarations ont suscité dans le monde entier, en particulier dans les pays du Sud, avant que le Ministère des affaires étrangères exprime sa solidarité la plus sincère à tous les pays offensés.

« Hier, veille de ce jour de deuil national en Haïti, le président des Etats-Unis, M. Donald Trump, a laissé libre cours à ses penchants profonds et insulté vulgairement le peuple haïtien », rappelle le Collectif 4 décembre soulignant que seuls les veules, les ignorants et les êtres dénués de toute compassion pouvaient franchir pareilles limites à l’indécence avec une singulière arrogance abâtardie par une logique démagogique.

« Tant et aussi longtemps que nous accréditerons notre incapacité à transformer les données de la société haïtienne axée sur le cynisme et la rapacité, manœuvrée par l’indigence de nos aventuriers politiques et le savoir-faire désolant de flibustiers de tout acabit, nous continuerons à subir douloureusement les affres de curieux Amis d’Haïti », prévient le Collectif du 4 Décembre, organisation citoyenne haïtienne.

Patrick Saint-Pré
Auteur

UN: 'No other word one can use but racist' - UN Spokesperson on Trump

54 pays africains réclament des excuses à Trump.-

54 pays africains réclament des excuses à Trump : https://t.co/2qM4vr7mYn #LeReCit

«Racistes», «abjects» et «blessants», les propos de Donald Trump sur l'immigration en provenance de «pays de merde» ont provoqué un torrent d'indignation à travers le monde qui ne tarissait pas dans la nuit de vendredi à samedi, l'Afrique entière réclamant des excuses.

D'une même voix, dans un langage d'une rare dureté, les 54 ambassadeurs du groupe africain à l'ONU ont exigé une «rétractation» au président américain, condamnant des «remarques scand
aleuses, racistes et xénophobes». Ils se sont dit préoccupés par la tendance «grandissante» de l'administration Trump «à dénigrer le continent, et les gens de couleur».

Le Sénégal et le Bostwana ont convoqué chacun l'ambassadeur américain.

Le gouvernement haïtien a lui dénoncé des propos «odieux et abjects» qui, s’ils étaient avérés, seraient à tous égards «inacceptables, car ils reflèteraient une vision simpliste et raciste».

Comme souvent, c'est via Twitter que le président américain a réagi à cette nouvelle polémique qu'il a lui-même suscitée et qui le met en difficulté au moment où il tente de trouver un compromis au Congrès sur le dossier sensible de l'immigration.

«Le langage que j'ai utilisé lors de la réunion était dur, mais ce ne sont pas les mots utilisés», a affirmé le milliardaire dans une formule alambiquée.

Quelques minutes plus tard, le sénateur démocrate Dick Durbin, présent lors de la réunion, assurait pourtant que le président avait bien utilisé «plusieurs fois» l'expression injurieuse.

«Les mots utilisés par le président tels qu'ils m'ont été rapportés directement par ceux qui ont participé à la rencontre n'étaient pas 'durs', ils étaient abjects et répugnants», a ajouté en écho le sénateur républicain Jeff Flake, un conservateur opposé à Donald Trump.

«Toujours pour le peuple américain»

Sollicitée jeudi soir sur ces propos, la Maison-Blanche n'avait pas contesté ou démenti, se bornant à souligner que M. Trump se battrait «toujours pour le peuple américain».

Dans un étrange télescopage, le président américain a signé vendredi en milieu de journée une déclaration en l'honneur de Martin Luther King, qui sera célébré à travers les États-Unis lundi, jour férié.

Au cours d'une brève cérémonie, il a loué «le rêve d'égalité, de liberté, de justice et de paix» du militant noir des droits civiques. Saluant un homme qui a «changé le cours de l'histoire», il a ignoré les questions qui lui ont été posées à l'issue de son allocution.

Presque simultanément, à quelques kilomètres de là, le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson faisait l'éloge de la «diversité» et défendait les «valeurs américaines» lors d'un discours sur le «respect».

Au coeur des débats de la réunion désormais célèbre de jeudi à la Maison-Blanche: la régularisation de centaines de milliers de clandestins arrivés jeunes aux États-Unis, et dont le statut temporaire accordé sous Barack Obama a été supprimé en septembre.

Quand M. Trump a abrogé le programme Daca, qui a permis à 690 000 jeunes sans-papiers de travailler et d'étudier en toute légalité, il avait donné jusqu'à mars au Congrès pour trouver une solution pérenne pour ces clandestins connus sous le nom de «Dreamers» (Rêveurs).

Mais il a lié toute régularisation à son projet de mur à la frontière avec le Mexique, auquel les démocrates se sont jusqu'à présent opposés fermement.

Outre la réalisation de cette promesse de campagne, M. Trump exige aussi la suppression de la loterie annuelle de cartes vertes et une réforme de l'immigration légale pour réduire le rapprochement familial.

«Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ?», a demandé le président Trump lors des discussions jeudi, selon le Washington Post, qui cite plusieurs sources anonymes.

Selon elles, M. Trump faisait référence à des pays d'Afrique ainsi qu'à Haïti et au Salvador, expliquant que les États-Unis devraient plutôt accueillir des ressortissants de la Norvège.

«Pourquoi avons-nous besoin de plus d'Haïtiens ?», aurait encore demandé le président.

Vendredi, il a tenté de donner une version différente de ses propos.

«Je n'ai jamais dit quelque chose d'insultant sur les Haïtiens outre le fait que, et c'est une évidence, Haïti était un pays très pauvre et en difficulté», a-t-il lancé.

Le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés a déploré des propos «racistes», «choquants et honteux».

L'ancien vice-président démocrate Joe Biden a lui aussi donné de la voix. «Ce n'est pas comme cela qu'un président devrait parler et se comporter. Mais surtout, ce n'est pas comme cela qu'un président devrait penser».

En Amérique latine, le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a appelé à la solidarité avec les pays «agressés» par Donald Trump. Cuba a de son côté «condamné fermement» des déclarations «racistes, dénigrantes et grossières».

Injures de Trump : Note officielle de protestation du gouvernement haitien.-

Note de Presse.- 11 janvier 2018.

Le Gouvernement de la République d’Haïti est profondément indigné et choqué par la teneur des propos, non démentis officiellement, attribués par les organes de presse américains au Président des États-Unis d'Amérique qui se serait référé à certains Peuples, dont les Haïtiens, en des termes, pour le moins, irrespectueux et insultants.

Il y a lieu de croire qu'il s'agit, une fois encore, d’une véritable méprise tant ces déclarations insultantes et répréhensibles ne correspondent en rien aux vertus de sagesse, de retenue et de discernement que doit cultiver toute Autorité politique investie de hautes fonctions.

Le Gouvernement haïtien condamne avec la plus grande fermeté ces propos odieux et abjects qui, s'ils étaient avérés, seraient, à tous égards, inacceptables car ils reflèteraient une vision simpliste et raciste totalement erronée, de la communauté d'origine haïtienne et de son apport aux Etats-Unis d'Amérique. Ils seraient, de surcroit, incompatibles avec les liens multiples tissés par la longue histoire d'amitié et de convivialité qui unit les deux peuples des deux plus vieilles Républiques de l'hémisphère.

Faut-il rappeler que les destins d'Haïti et des États-Unis d'Amérique se sont croisés depuis 1779 quand 500 soldats haïtiens ayant à leur tête le général Lafayette ont combattu aux cotes des troupes américaines dans la guerre de l’indépendance. De même en 1814 plusieurs centaines d’Haïtiens conduits par ont pris part à la bataille de New Orléans pour protéger l’indépendance des Etats Unis d’Amérique quand les britanniques vouloir reconquérir leur ancienne colonie.

Les rapports entre les deux pays se sont raffermis par le fait que des millions de fils et filles d'Haïti ont contribué, contribuent et continueront de contribuer à la prospérité et à la grandeur de l'Amérique. De même, la solidarité spontanée du Peuple américain envers le Peuple haïtien dans ses moments difficiles consolide, encore pour longtemps, le socle de leur indéfectible amitié.

Le Gouvernement haïtien en appelle au respect de la dignité des peuples, à la préservation de la tradition humaniste dont s'honorent a juste titre les Etats – Unis d'Amérique, ainsi que des valeurs de solidarité, d'altruisme et de respect des différences qui ont fait de ce pays, au fil de son histoire, un havre de liberté et une terre d'accueil pour des millions d'immigrants venus de tous les horizons et de tous les coins du globe.

​​​​​​​Port-au-Prince, le 11 janvier 2018

Indignation générale en Haïti après les propos insultants de Trump.-

Indignation générale en Haïti après les propos insultants de Trump.- https://t.co/Tr4rPGBjX7 

C’était lors d'une réunion sur l'immigration aux Etats-Unis. Selon des participants, Donald Trump a parlé des migrants issus de « pays de merde », pour qualifier Haïti, le Salvador et certains pays d'Afrique. Les propos rapportés de Donald Trump ont provoqué la colère des pays concernés. En Haïti, l’indignation est générale.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

La déclaration du président américain a immédiatement suscité l’indignation, la colère des Haïtiens. Passées les insultes en créole ou en anglais à l’encontre de Donald Trump, sur les réseaux sociaux, beaucoup d’utilisateurs haïtiens, mais aussi des étrangers ont commencé jeudi soir à poster une avalanche de photos des plus beaux paysages du pays.

Du côté officiel, les réactions ont été plus tardives. Vendredi matin, une note de presse a été diffusée. On y lit que le gouvernement haïtien condamne avec la plus grande fermeté ces « propos odieux et abjects » qui, s'ils étaient avérés, seraient le reflet d’une vision « simpliste et raciste ».

Pour autant les Haïtiens n'ont pas non plus été surpris. Ce n'est pas le premier dérapage du président américain à leur égard. Pour nombre de responsables, ce scandale révèle la perception négative qui subsiste chez certains à l'encontre d'Haïti, une vision qui prendrait racine dans l'histoire singulière de la première république noire de l'Histoire.

Renald Lubérice, qui est secrétaire général du Conseil des ministres, indique que selon lui ce dénigrement d'Haïti prend racine à l'origine du pays, quand les dirigeants noirs ont déclaré leur indépendance à la face du monde à l'époque esclavagiste. « On a construit Haïti comme étant un pays à part. Aujourd'hui, malheureusement, il y a des gens qui ne sortent pas encore de cette image d'Haïti qui a été mis à part dans le concert des Nations. parfois, il y a un problème de culture, parfois il y a un problème historique des différentes prises de position. Il y a des efforts à faire et ces efforts doivent être intensifiés mais pas pour prouver quoi que ce soit à qui que ce soit parce qu'Haïti reste Haïti », explique-t-il.

Il n’y a pas de bon moment pour qualifier un Etat de « pays de merde », mais cette déclaration tombe on ne peut plus mal dans le cas d’Haïti, car le pays rendait, ce vendredi, hommage aux plus de 200 000 personnes tuées lors du séisme il y a huit ans, jour pour jour.

vendredi 12 janvier 2018

La déclaration de Trump cible tous les africains, la situation d’Haiti n’est la cause.-

Remarque sur les réactions des intellectuels haïtiens qui n’arrivent pas à déterminer de quoi parlait Donald Trump dans son concept #ShitHoldDCountry.- #Haiti #LeReCit

J’ai suivi, ce matin, sur Radio Métropole, un intellectuel haitien reprendre les propos du président Donald Trump pour fustiger les dirigeants haïtiens qui n’ont pas su faire une bonne gestion du pays, le transformant, nous citons : “En latrine”. La veille, la canadienne Nancy Roc avait donné le ton en indexant les dirigeants haïtiens. 
Un complexe d’affranchis qui cherchent à s’innocenter devant le Grand colon blanc absentéiste.

Je me suis dit : “…ces gens, ne se rendent-ils pas compte qu’ils sont en train de justifier une insulte RACISTE contre Haiti?”

C’est vraiment triste de constater que des intellectuels haïtiens n’arrivent même pas à déterminer “de quoi l’on parle?”.  C’est pourtant l’abécédaire de toute démarche intellectuelle : Déterminer de quoi l’on parle.


Ces gens aiment tellement se baser sur les déclarations de personnalités étrangères pour vilipender leur pays; une façon de dire qu’ils ne sont pas concernés : ils sont différents.

Alors qu’en réalité, il ne s’agit pas seulement d’Haiti, mais des pays d’Afrique et du Salvador. De plus, Trump a choisi son modèle : la Norvège l’un des pays les plus blancs de la planète.

L’injure du président américain n’a rien avoir avec l’état physique d’#Haiti qu’il n’a d’ailleurs jamais visité, ni de sa gouvernance. Il a dit l’”Afrique” sans tenir compte de la performance du Rwanda, du Nigeria, du Sénégal et de bien d’autres pays.

Les intellos haïtiens et la presse doivent se ressaisir. Quant aux correspondants de presse internationale, ils laissent de plus en plus apparaitre leur incompétence et leurs lacunes.


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
12 janvier 2018
#LeReCit : @ReseauCitadelle
WhatsApp : 509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10153417078189478.1073741826.170678274477/10157144842539478/?type=3

jeudi 11 janvier 2018

Réaction de @LaurentLamothe face aux déclarations de Donald Trump contre Haiti.-

Retweeted Laurent Lamothe (@LaurentLamothe):

SHAME ON TRUMP! The world is witnessing a new low today with this #ShitholeNations remark! totally unacceptable! uncalled for moreover it shows a lack a respect and IGNORANCE never seen before in the recent history of the US by any President! Enough is enough!!

dimanche 7 janvier 2018

“ALYANS ELEKTORAL” pa oblije ”ALYANS POU GOUVÈNE”

Si w te nan yon Alyans pou ale nan eleksyon, lè eleksyon fini w dwe defini yon Alyans pou gouvène.

Lè n’ap gade politik la, nou paka di gen yon Alyans pou dirije ant tout Pati kite nan eleksyon ak PHTK. Tout moun ap regle zafè yo, tout palmantè ap fonksyone an grenn 5.

Epi nèg ki pi magouyè yo ap pran woulib sou mo alyans pou yo regle zafè yo e menm mete po fig anba pye Prezidan Jovenel.

Se reyalite a sa!

Youri Latortue kanpe nan laprès pou di PM Jack Guy Lafontant ralanti aksyon prezidan an. Li gentan ap pran distans li ak Premye minis ke prezidan an te chwazi nan konsansis ak AAA e sitou ak Senatè Cantave, kouzen li.

Se konsa Youri te fè alyans ak madanm Manigat pou eleksyon, kan eleksyon fini li fè alyans ak TET-KALE pou pwofite pouvwa. Alyans li fè pou eleksyon pa janm vle di se Alyans sa lap konsidere pou dirije.

Egare #PHTK yo menm yo chita ak yon gwo majorite nan menm yo ap kite moun pale yo de alyans elektoral menm aprè eleksyon.

Tandiske li klè jodia ke si Youri/AAA te fè yon alyans elektoral, apre eleksyon se ak Lavalas li fè Alyans pou dirije.

Li pa’p pa chanje kan lè li rive sou pouvwa. L’ap lage kèk zo bay 2 ou 3 senatè pou divize majorite a, envite yo nan kèk magouy epi pran kontwòl sitiyasyon an pandan lap defini yon lòt Alyans pou dirije. Fwa sa se ak Lavalas li fè’l.

Fo pwoblèm sou koze manda senatè yo se yon prèv ke misye itilize mo alyans lan pou patisipe nan tout reyinion, chache enfòmasyon pou’l regle zafè’l odetriman #PHTK. Li patisipe nan reyinyon ak tout palmantè #PHTK ansanm ak Prezidan Jovenel ki jwenn yon antant sou manda senatè yo, epi apre li kouri al di senatè ki pat nan reyinion an ke yo pap renouvle manda yo. Divize pou reye!

Misye itilize mo alyans lan pou’l regle zafè AAA/Lavalas. Se pou rezon sa nou di AAA tounen Aristid An Aksyon.


@ReseauCitadelle /// WhatsApp : 509-3686-9669

#Haiti : Eske se pa palmantè PHTK yo ki lakòz militan PHTK yo ap soufri ?

#LeReCit

1- Eske se pa palmantè PHTK yo ki lakòz militan PHTK yo ap soufri ?

2 - Ki sa #PHTK fè ak majorite sa ki nan men’l nan Palman an ?

3 - Gwoup minoritè yo kontwole tout komisyon enpòtan yo. Finans, Afè etranjè, Kowoperasyon ekstèn (Planifikasyon), Jistis ak sekirite piblik, Lit kont kòripsyon, Afè sosyal, elatriye

4- Youri Latortue itilize komisyon anti-kòripsyon, pou bay presyon, mache chache lajan tout kote, mwayen ak djòb pou jere baz li yo, ranfòse pati AAA ak pwojè politik li. Li nan ONA, Plan, li te gen kontwòl Edikasyon, APN…

5- Nenel Cassy ak Beauplan pran kontròl finans ak afè etranjè, kontwole BMPAD epi mache chache djòb ak mwayen pou Lavalas ak baz yo nan Nippes ak Nòdwes.

6- Don Kato fè menm bagay la nan afè sosyal ak lòt kote.

Lè w byen gade se palmantè minoritè yo ki konn koman pou pran kontwòl komisyon enpòtan, jere baz yo ak avni politik yo.

Nèg #PHTK yo chita tankou yon ban #Egare ap bay prezidan Jovenel presyon pou’l entegre baz yo.

Li lè li tan pou palmantè #PHTK yo kite sòt.

Pandan Prezidan Jovenel ap goumen pou respekte pwomès li yo, kisa palmantè sa yo fè pou jere baz yo? Eske yo pa gen yon pati pou jere? Eske yo pa gen yon pwojè ak yon plan politik pou demen?

@ReseauCitadelle WhatsApp : 509-3686-9669


Mwen envite nou li yon refleksyon mwen te fè sou reyalite sa nan dat 4 oktob 2017.

————

Senatè Rony Célestin fè deklarasyon nan radyo pou mande prezidan Jovenel bay PHTK pouvwa sinon yo pral pran pouvwa nan men’l.

Pandan mwen dakò ak lide pou prezidan Jovenel fè yon bon jesyon politik, ki vle di entegre tout moun kite ede'l rive sou pouvwa, m'ap mande ki sa PHTK fè ak pouvwa lejislatif kote li gen majorite nan palman an?

Eske se kapab palmantè PHTK yo pa kapab ki fè se ti minorite anti-TET-KALE ki kontrole tout komisyon enpòtan nan palman an?

Se "Minorite anti-TET-KALE" a ki reskonsab "Komisyon Afè sosyal", "Komisyon Afè Etranjè" , "Komisyon finans", "Komisyon Etik ak Kòripsyon",....kòman pou moun sa yo fè pa kreye konfizyon, pa bay manti nan radyo, pou destabilize pouvwa TET-KALE a?

Se nòmal pou AAA ap chache pran teren politik la, pandan Youri Latortue ap kritike tout moun rive nan Prezidan Jovenel. Misye pa pè pou'l di nan radyo ke projè kouran 24 sou 24 la se lide AAA, ke prezidan an pagen kouraj pou'l fè refòm nan kontra koura elektrik.

Si PHTK paka jere pouvwa lejislatif ak gwo majorite sa, ki garanti lap ka bay ke lap ka jere lòt pouvwa?

Dayè, yon majorite nan palman vle di w gen kontròl gouvènman.

Eske se pa demagoji lè Senatè Rony Célestin ap mande pouvwa nan radyo apre li fin vote gouvènman san okenn manb PHTK?

Verite a : Palmantè PHTK yo trayi! Yon chak ap chache ti enterè pèsonèl yo, sepa koze PHTK y'ap regle. Yo abandone militan yo pou ti enterè pèsonèl yo. Yo paka vini nan radyo pou akize Prezidan Jovenel ki toujou byen jere yo.

Sa w mande se sa w jwenn!

@CyrusSibert /// @ReseauCitadelle /// WhatsApp : 509-3686-9669

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10156249085249478.1073741831.170678274477/10156808301169478/?type=3

samedi 6 janvier 2018

Kelke lide sou devlopman lame d’#Haiti, #FADH ak ranfòsman #PNH.-

Kelke lide sou devlopman lame d’#Haiti, #FADH ak ranfòsman #PNH.- #LeReCit (Teks Cyrus Sibert)

1- Pou ranfòse #FADH, epi tou, pou jwenn èd ak “cooperation” pou devlope’l, li enpòtan pou rekonstitiye “la Marine haitienne” epi pran kontwòl lanmè nou ak kot peyi-a tankou Mole Saint-Nicolas, Latortue, Ile a Vache, Baie de Mancenille nan Fort-Liberté, Ile de la Gonaves, Pedernale nan Sidès, kot Grande-Anse tankou Pestel, elatriye.

Yon zòn tankou Labady nan Okap merite siveyans ”Maritime”. Pandan touris yo ap pran plezi, pandan PNH ap sekirize plaj la, lanmè a merite kontwòl. Se menm bagay pou Cote des arcadins (Decameroun)

Solda k’ap fòme yo kapab rantre nan kad ranfòsman “la marine” “fusiliers marins” ou “infanterie marine”, pou baz ki sou kot yo ak “Corps du Genie”.

2- Nou kapab devlope yon “cellule intelligence” ak yon inite mobile “renseignement militaire” pou kolekte plis information sou sa kap pase sou fwontyè-a. Paske sepa nan radyo pou Chef Leta Aysyen ap aprann ke dominiken ogmante solda sou fwontyè-a. Konbyen yo ye egzakteman?, Ki pozisyon yo? Ki ekipman yo genyen? Ki sa y’ap fè? Eske “physionomie” tout moun k’ap travèse frontyè-a se sivil oubyen militè (martiale)? Gwoup k’ap opere yo eske se kriminèl ki konsène lapolis oubyen ofisye entèlijans dominiken k’ap kreye twoub sou fwontyè a? Sa yo se enfòmasyon estratejik defans nasyonal ke dirijan Aysyen dwe toujou genyen.

Lè yon lame pa gen anpil moun, lè li piti an efektif, fason w ranfòse kapasite’l ak efikasite li se nan “renseignement militaire”, “Comminication” ak “Technologie”.

Yon lame pa bezwen tann li gen anpil moun pou li chache enfòmasyon sou sa k’ap pase sou fwontyè peyi’l, sou lanmè ak anlè (Rada).

Pandan #PNH ap fè sekirite interyè oubyen sekirite piblik, bon jan enfòmasyon ke #FADH pataje avèk li atravè prezidans oubyen CSPN, kapab ede li pi efikas nan konbat dwòg, gang ak zak kriminèl.


Fòk prezidan an konprann sa : Kontrebandye, nèg kap fè avyon desann ak kagezon dwòg nan peyi-a, politisyen kap resevwa lajan nan men boujwa dominiken ki rayi Ayiti pap jan’m dakò lide sa yo; menm jan machan dwòg te fè tout sa yo konnen pou sabote travay devlopman ak kontwòl premye minis Lamothe t’ap fè sou zile “Ile a vache”. Prezans leta ak touris deranje kriminel sa yo nan biznis dwòg ak zam yo.

Nan @ReseauCitadelle nou renmen voye je gade listwa pou nou konprann sa kap pase jodi :

1- Nan lagè endepandans Etazini, nan batay Savannah, Atlanta, se pa aysyen yo kite pi plis. Lame amerikèn te gen plis moun. Men se gras a nou menm aysyen ki fè Anglè yo pedi batay la.
W kapab piti nan kantite moun w genyen, men kontribisyon taktik w nan yon batay vo anpil.

2- Nan dezyèm gè mondyal, moun ki te konstri bonm atomik yo pat anpil. Men kontribisyon teknik yo fè Etazini genyen lagè a sou Japon.

3- Nan batay “La ravine à couleuves”, lame fransè te pi plis, li te menm ansèkle Desalin ak solda endijèn yo nan fò a, men detèminasyon zansèt nou yo te ede yo soti.

Nou dwe montre nou entèlijan. Blan yo pa bliye nou. Dayè nou ka wè sa pran plis pase 200 lane avan yon prezidan fransè mete pye an Ayiti. Jiska prezan Vertières pa egziste nan diksyonè fransè. Silans entènasyonal la devan diskriminasyon dominiken kont aysyen dwe ede nou konprann ipokrizi blan yo ak reskonsabilite nou.

- Defans peyi-a dwe konsène tout moun, sitou moun leta fòme nan metye zam. Polisye tankou militè.

- Se pou rezon sa, dwe gen yon pwogram rezèvis nan lame ak nan lapolis. Tout polisye ki pa kite #PNH pou move kòz dwe toujou rete an kontak ak enstitisyon polis la. Dwe gen yon sèvis pou sa, pou si yo bezwen yo. Gen de privilèj yo merite tou. Yo ka itil nan kolekte enfòmasyon pou ede lapolis. Nou pa dwe kite moun sa yo izole jis pou se bandi ak kriminèl ki pran kontròl yo.

- Dwe gen yon pwogram pou ede yon seri bon polisye kite demisyone pou rezon rezidans, ekonomik, rezon familyal, etid e pafwa sekirite, retounen san problèm. Paske gen de lè, gang oubyen politisyen ki nan move zak konn oblije yon polisye chape poul li al sere nan lòt peyi.

- Peyi a dwe gen espas nan chak depatman pou polisye yo al resikle tèt yo nan antrene epi tire. Bandi paka ap tire chak jou, epi polisye pa janm tire sou yon sib depi li kite akademi. Gen de polisye se anlè yo oblije tire.

- Dwe gen yon program fòmasyon kontini nan tèt kole ak inivèsite leta oubyen INFP (profesyonèl) pou polisye tankou militè kapab kontinye etid yo, aprann lòt metye. Konsa yo pa’p fristre ni oblije kite enstitisyon yo pou ale lekòl.

Yon peyi kote polisye pè mete inifòm sou li pou li ale nan travay, se yon peyi ki gen anpil pwoblèm sekirite piblik. Bagay yo rele LePolis la kap touye polisye yo, dwe eradike. Paske sekirite enpòtan, menm jan ak enfrastrikti. Se sèl sekirite ak lajistis ki ka fè envestisman rantre nan peyi d’#Haiti epi kreye travay ak kwasans ekonomik. 


Karavan chanjman an dwe gen yon chapit sekirite.

CyrusSibert, Okap,
6 janvye 2018
@ReseauCitadelle  
WhatsApp : 509-3686-9669

mercredi 3 janvier 2018

REFLEKSYON @RESEAUCITADELLE SOU DISKOU PREZIDAN JOVENEL NAN OKAZYON 214 LANE ENDEPANDANS PEYI D’HAITI.-

REFLEKSYON @RESEAUCITADELLE SOU DISKOU PREZIDAN JOVENEL NAN OKAZYON 214 LANE ENDEPANDANS PEYI D’HAITI.-

Nou pa konnen kiyès kap ekri diskou pou Prezidan yo, paske se pa premye fwa nou remake sa, men nou pa renmen jan de diskou ki ap blame nasyon an nan okazyon fèt nasyonal yo. Yon pèp ki pase 365 jou ap tande koman li pòv, koman li lèd, kòman li sal, kòman li mizerab nan laprès nasyonal ak entènasyonal, merite pafwa yon diskou pou ankouraje’l. Nou ka wè reyaksyon kontantman moun yo lè Prezidan Jovenel te di : “ vil Gonaïves pwòp”.

Pandan Etazini (USA), CARICOM, Venezuela ak anpil lòt peyi ap salye kouraj pèp aysyen ak sa li akonpli, nou bezwen yon diskou epope ki pou motive pèp-la kontinye leve defi. Prezidan Jovenel te kòmanse konsa, li te dwe rete nan liy sa.


Pawòl “lenmi peyi-a se andedan peyi-a” pa konfòm ak eleman langaj anpil zanmi Haiti k’ap reklame jistis pou peyi nou ki sibi anbago pou lendepandans li te pran ak obligasyon pou peye ranson lendepandans bay Lafrans.

Nou panse jan de diskou sa yo dwe fèt devan Asanble Nasyonal kote nap reflechi sou politik piblik ak aksyon pou devlope tèt nou.

Men, jou fèt lendepandans lan se vante pou nou vante tèt nou. Mete tout sa ki pozitif an valè. Mwen pa kwè ke blame pèp la pwal motive li. Epi tou, sepa konsa etranje yo pral respekte nou.

Tout Pèp gen pwoblèm yo. Etazini gen 146 milyon pòv oubyen moun ki pagen ase moyen pou yo viv. Se sistèm eksplwatasyon moun ak enjistis ki domine mond lan ki kreye tout soufrans sa yo.

Anpil pèp komèt krim kont limanite pou yo rive kote yo ye a. Yo patisipe nan esklavaj, yo touye endyen, yo detri lòt peyi ak lòt pèp, van zam, lage bonm pasi pale, vann moun kòm esklav.

Nou menm aysyen, nou pa janm fè sa. Kidonk, nou pa volè lajan ni lò onkenn peyi pou finanse tèt nou. Nou pat reklame pou dominiken peye nou dèt lendepandans. Okontrè, nou te ede lòt pèp ak lajan, zam, manje e menm sòlda pou yo libere tèt yo. Nou fè listwa a ti sa nou genyen ak tout difikilte sosyal, konplo, okipasyon, manipilasyon etranje pou afebli nou.

Dat Premye janvye, 18 me, tankou 18 novanm, dwe jou pou nou vante tèt nou.

1- Pagen lame etranje nan peyi-a ankò;

2- Nou gen 12 mil polisye, nou rekonstitye lame nou, ki vle di nou reprann dwa pou bay tèt nou sekirite ak defann peyi nou. Nou gen anpil jenn gason ak jenn fanm ki konn manyen zam ki vle di n'ap ka defann tèt nou si nou oblije;

3- Nou gen yon Palman k’ap vote lwa libe libè, yon gouvènman k'ap panse a reyalizasyon ekonomik e sosyal. Nou pa nan tim-tim bwa chèch ankò, nou pa nan diktati;

4- Nou gen lang rezistans nou kreyòl ki apre 214 lane devlope, vini dominan nan peyi-a, jiskaske y’ap itilize’l sou rezo soyo yo, tankou “Google";

5- Nou gen yon kilti ki rete djanm. Nou gen anpil jenn diaspora k’ap briye nan mond lan fè rekonèt valè desandan #Haiti;

6- Nou gen yon pèp ki rekanpe malgre tranbleman latè kraze 80% ekonomi peyi-a, touye 250 mil moun, kraze tout biwo leta, touye 20 mil kad administrasyon piblik;

7- Ak tout entènasyonal la pa respekte promès èd li yo pou rekonstri Ayiti, malgre se ONGs gwo peyi yo bay depanse, 13 milya dola èd, san transparans, gras ak sipò Venezuela nan kad #Petrocaribe, nou retire Haiti anba dekonb.

Nou pa dwe kite okenn propagann oksidantal k’ap pale de kòwipsyon, san yo pa janm di anyen sou 13 milya dola gwo ONG yo gaspiye, fè nou bliye solidarite peyi Venezuela;

Jiska prezan lajistis etazini poko janm twouve moun ki dilapide 13 milya dola sa.

Epi menm ONG sa yo ak gwo peyi sa yo di’w se Ayiti ki gen kòwipsyon.

8- Nou gen yon pèp ki gen anpil kouraj pou kenbe peyi-a vivan. Nou pa dwe konplekse si gen jenn aysyen ki ap kite peyi-a. Meriken, Fransè, Ewopeyen an jeneral yo tout kite peyi yo sou fòm ONGs, expatrye pou al chache travay nan lòt peyi afriken, amerik latin, azi, elatriye. Jounen jodi, chinwa yo anvayi peyi afriken yo nan chache travay, lavi oubyen richès. Se akonpaye pou nou akonpaye jenn sa yo nan peyi kote yo ale yo, pandan nap kontinye travay pou lakay chanje.

Pèp aysyen gen pwoblèm tankou tout lòt pèp, men 214 lane aprè lendepandans, Haiti toujou rete yon peyi endepandan menm si nou rekonèt ke devlòpman fè tout peyi vini entèdepandan ki vle di peyi-yo depann yonn de lòt.

Ayisyen pa janm mande Lafrans fè peyi li tounen yon depatman fransè, nou pa janm mande Etazini fè nou tounen yon Eta meriken, menm jan dominiken yo te fè’l kelke 13 lane apre yo te pran endepandans yo.

Menm jan anpil moun toujou ap vante rezistans peyi “Cuba” ki reziste 50 lane anbago san li pa pliye ni fè bak sou revolisyon li, nou menm Aysyen reziste 214 lane anbago, konplo ak ipokrizi entènasyonal san nou pa renonse a endepandans nou. Pi gwo prèv ipokrizi blan yo, se silans lemond sitou Etazini devan gwo zak vyolasyon dwa moun Dominiken fè kont desandan Aysyen yo.

Kidonk, Ayiti kanpe la nan boul figi yo. 


Ayiti ap toujou egziste, se volonte Bon Dieu. Touye kochon kreyòl, ankouraje koudeta, kraze lame pou rasis dominiken gen monopòl militè sou zile a, fè okipasyon, enpòte kolera, finanse opozisyon kraze brize, ankouraje divizyon ak enstabilite, menm fenomèn natirèl tankou tranbleman latè “Goudou-goudou” ak siklòn ki kraze peyi nou pandan 214 lane ki pase yo, pap fè nou pliye ni fè bak.

Nou pap janm regrèt nou te pran endepandans nou!

Nou dwe evite manipilasyon ki alamòd kote blan k’ap fè kòwipsyon nan peyi nou depi 214 lane, fè aysyen san memwa sitou sa ki gen foli pouvwa yo ap repete ke se nou menm ki kòwonpi ki lakòz peyi-a pa devlope, se nou menm ki lenmi peyi-a ki lakòz nou gen pwoblèm. Paske Cumberland pa yon aysyen. Listwa rapòte ke mo Cumberland se non yon ofisye lame meriken ki te telman kòwonpi, pèp aysyen kenbe non li kòm senbòl tout rakèt ak magouy an Ayiti.

Si nou dwe rekonèt reskonsabilite nou nan move difikilte ak move lavi peyi nou, nou paka kite etranje yo ap blame viktim yo, epi fè nou tounen bouk-emisè, yon fason pou di sepa yo ki lakòz sa ki rive Haiti a, men se aysyen yo. Dayè gen otorite aysyen k’ap repete sa.

VIV AYITI !!!


Cyrus Sibert, Okap, Ayiti

3 janvye 2018
#LeReCit : @ReseauCitadelle
WhatsApp : 509-3686-9669

@ReseauCitadelle

mardi 26 décembre 2017

#Haiti #Pédophilie : Performance ZERO de la justice haïtienne?

#Haiti #Pédophilie : Performance ZERO de la justice haïtienne? (Texte de Cyrus Sibert)

Après dix (10) années d’expérience dans la lutte contre les pédophiles en Haiti, je n’ai pas en mémoire une seule condamnation de la justice haïtienne contre un étranger.

Quelques exemples:

1- Sept (7) ans après sa condamnation pour abus sexuels contre des enfants de rue au Cap-Haitien, l’américain Douglas Perlitz qui purge une peine de 20 ans de prison aux Etats-Unis n’est toujours pas condamné par la justice haïtienne.

La Brigade pour la Protection des Mineurs de la Police Nationale d’Haiti (BPM/PNH) avait pourtant transféré son dossier à la justice haïtienne. Le dépôt officiel a été fait en 2009, au Tribunal Civil de Cap-Haitien.

Ce qui signifie, qu’après avoir purgé sa peine aux Etats-Unis, Douglas Perlitz pourra revenir en Haiti tranquillement et reprendre du service pour le malheur des petits enfants haitiens, puisqu’il n’existe aucune condamnation contre lui dans ce pays; et cela, même par contumace.

2- John Duarte, un ex-prêtre Catholique qui a abusé des enfants dans la localité de Labadie, au Cap-Haitien, puis condamné au Canada, peut revenir tranquillement en Haiti, sans aucun problème. Car, il n’existe aucune condamnation contre lui en Haiti.

C’est aussi le cas pour tous les étrangers, condamnés dans leur pays, parce qu’ils ont abusé des enfants haitiens en Haiti.

3- Ce mois de décembre 2017 marque la deuxième (2) année depuis qu’un procès contre Michael Geilenfeld, accusé d’abus sexuels sur des mineurs, est bloqué à la Cour d’Appel de Port-au-Prince.

Durant le procès, des employés de l'orphelinat Saint-Joseph que dirigeait cet ancien missionnaire américain, avaient averti que jamais leur patron Geilenfeld ne se présentera devant les juges de la Cour d’Appel de Port-au-Prince.

Eh bien, “chose dite, chose faite”, comme par magie, après l’audition des témoins, alors que le Tribunal s’apprêtait à citer l’accusé à comparaitre, le procès est bloqué. Michael Geilenfeld a eu le temps de se réfugier en République Dominicaine d’où il continue de rencontrer des jeunes haitiens.

Telle est la réalité de la justice haïtienne. 
Le dossier Kaliko Beach est un cas de plus qui prouve le niveau de nullité de cette justice quand il s’agit de statuer sur des accusations de pédophilie et/ou d’abus sexuels sur mineurs.


À @ReseauCitadelle, nous prenons le temps comme allié sûr. Alors que nos concitoyens indigènes n’arrivent pas à se sentir indignés du fait que des enfants de leur nation soient traités comme des esclaves sexuellement sur la terre de Dessalines, dans le monde entier, les gens civilisés se révoltent contre le harcèlement, les viols et les abus sexuels. Sur le dossier spécifique de Michael Geilenfeld, un ancien agent spécialement américain qui a enquêté au niveau mondial, sur des cas de terrorisme, de blanchiment d’argent, de fraudes, de trafic humain et de pédophilie vient de corroborer les faits et accusations d’abus sexuels qui pèsent contre lui. Ce qui pousse l’ex-agent spécial du Homeland Security à déposer un compte-rendu d’enquête sous la forme d’un Affidavit devant un Tribunal de Portland, Maine.

[ Lisez l’affidavit : https://www.slideshare.net/reseaucitadelle/affidavit-of-a-former-homeland-security-investigator-bring-more-accusations-against-michael-geilenfeld ]

Encore une fois, la justice américaine, plus civilisée, devancera celle d’Haiti; ce qui une fois de plus, projettera notre vrai image.

En plus du fait que l’organisation des Nations Unies a mis les professionnels haitiens du Droit sous-tutelle avec la MINUJUSTH, les dominicains exigent de plus en plus le transfert des accusés vers leur territoire. Et, cela ne se limite pas aux citoyens dominicains emprisonnés en Haiti pour des crimes commis en Haiti, mais les dominicains exigent le transfert de ressortissants haitiens pour être jugés en République Dominicaine. Le dernier en date est ce citoyen haitien arrêté en Haiti, avec l’appui de la PNH, pour un crime commis en République Dominicaine. La situation est grave; et, nous dotons que le CSPJ en soit conscient.

Nous en profitons pour rappeler que l’exploitation sur mineurs et l’homosexualité forcée remontent au temps de la colonie esclavagiste française. On utilisait ces pratiques pour humilier de jeunes esclaves et ceux qui apparaissaient comme des leaders nés, capables d’influencer. On se demande si dans notre structure mentale, séquelle de l’esclavage, nous ne trouvons pas ces pratiques, normales?

Rappel des allégations accusant Monsieur Geilenfeld d’abus sexuels sur des enfants haitiens:
- Boston (USA), 1987
- Haiti et USA, 1990
- Detroit (USA), 1995
- Angleterre et Haiti, 1997
- Haiti 1999
- Haiti et USA, 2006 -2007
- Haiti, 2011

En janvier 2011, des jeunes de Saint-Joseph ont appelé, Cyrus Sibert, à l’aide.

En novembre 2017, Rod Khattabi confirme le travail d’enquête de Cyrus Sibert en apportant plus d’éléments à charge contre Michael Geilenfeld. Ce dernier risque d’être poursuivi par la justice américaine. Pourtant en Haiti, la justice traine les pieds.


L’organisation pédophile américaine NAMBLA avait raison de prodiguer ce conseil à ses membres:

«  For sexual satisfaction, travel once or twice yearly overseas. You might get arrested overseas but the legal consequences will be less serve. »

Lisez : « Child Protection Advocates Write Letter to U.S. Ambassador to Haiti. Call for Investigation of Child Sex Abuse Allegations Against U.S. Citizen, Michael Geilenfeld» , suivi des documents d’archive sur le dossier. http://dossiergeilenfeld.blogspot.com/2011/06/child-protection-advocates-write-letter.html

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
26 décembre 2017
WhatsApp : 509-3686-9669
@ReseauCitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr

Pedophile Priest With HIV Who Raped 30 Children, Found Crucified Outside Church-

[ Catholic priest killed by vigilante gang after being forgiven by the church ]
By: Jay Greenberg |@NeonNettle on 24th December 2017

 #LeReCit

A pedophile priest, who was found guilty of raping 30 children while infected with HIV but forgiven by the Vatican, has been found dead outside his church.

Earlier this year, Catholic priest Jose Garcia Ataulfo admitted to raping 30 young girls aged between 5 and 10 years old in Oaxaca, Southern Mexico.

Ataulfo was cleared of any wrong-doing by the church and didn't face any criminal charges, despite the fact that he knew he was infected with HIV when he sexually abused all the children he is known to have raped.

As part of Pope Francis's "more merciful" approach to child abusing clergy, Ataulfo was relocated to a different church to seek "prayer and forgiveness for his sins."

Now, it seems as though his past has caught up with him after his dead body was found crucified outside his new church in a rural area of Villa Alta.

Ataulfo admitted to sexually assaulting well over two dozen children, many of whom were indigenous young girls from Oaxaca, a state in southern Mexico known for its large indigenous population.

The mother of one of the priest's victims wrote a letter to The Pope asking to meet with him in Rome to discuss the case, but was shunned by the Vatican who declared that "the matter is closed."

Due to the significant influence that the Catholic Church wields in Mexico, the priest didn't face any criminal charges, particularly for his crimes in areas populated by indigenous ethnic groups.

The report which first appeared on the Spanish-language news site Urgente24.com, says the priest was absolved of any wrongdoing by the Archdiocese of Mexico.

Earlier this year, Pope Francis announced that the church would be reducing penalties for pedophile priests by relocating them to a different church and offering them support rather than punishing them.

The Pope said that the controversial measures were designed to create a "more merciful church."

According to The Daily Mail, sexual abuse of minors by priests – and the subsequent cover-ups by bishops and other Church officials - have been widespread in many countries, including the United States.

The issue was thrust into the national spotlight in 2002 when the Boston Globe revealed the extent to which the local archdiocese shielded abusive priests from being exposed to the public even though it knew they posed a danger to young parishioners.

The Globe exposé, which detailed abuse cases that numbered in the thousands over a span of several decades, inspired other victims to come forward, leading to an avalanche of lawsuits and criminal prosecutions.

Not only did the floodgates open in the US, but the Catholic Church was also forced to confront cases in other countries, including Mexico.

In 2004, the Vatican re-opened a prior investigation against Marcial Maciel, who was accused of sexually abusing minors as well as fathering six children by three different women.

Though the allegations spanned decades and the extent of his crimes was known to church officials, it was only in 2006 that the Vatican forced Maciel, one of its most powerful clergymen, to retire from active ministry.


Read more at: http://www.neonnettle.com/news/3398-pedophile-priest-with-hiv-who-raped-30-children-found-crucified-outside-church
© Neon Nettle